Michèle 3

Bonsoir,

Nous sommes rendu au quatre dernières semaines de cette merveilleuse aventure qui a tissé des liens à tout jamais dans nos vies. Il faut vous dire que mon stage en soins ne s’est pas réalisé car au début il n »était pas prêt à me recevoir à Bohicon. Puis vers la dernière semaine avec les enfants il y a eu une ouverture mais je voulais terminer le projet et faire le voyage avec les enfants. C’était l’aboutissement de ce projet et nous fournissons les sous, grâce à vous tous.

Puis j’ai pensé que je pouvais aller au centre de santé de Glazoué donner un coup de main mais ils étaient en grève. HÉ, oui il n’avaient pas été payé de puis 1 an… 

Daniel m’avait fait visiter une clinique privé de Glazoué, le Jourdain. J’ai téléphoné pour voir si le major pouvait me prendre en stage et il n’a pas hésité. J’ai passé trois semaines avec une équipe extraordinaire. Les infirmières au Bénin font; l’examen physique, anamnèse, le diagnostique et la prescription. Je n’étais pas prête mais j’ai appris à la vitesse grand A. C’était passionnant.  Le major, Honoré est le seul infirmier diplômé et son épouse, Célestine est sage femme. Ils ont ouvert la clinique il y a  11 ans et depuis pas de vacances ni jour de repos et ce 24 hres par jour…

Quand je lui ai dit mon admiration, il ma simplement dit que c’est cela la vocation… Ils ont des aides  avec eux et des élèves qu’il forme pour la relève (ils en sont a leur 20 ième groupe, je crois?). Je débutais vers 8 hre et terminait vers 16 hre. J’ai lu la documentation sur les maladies tropicales et je suivais, Honoré pour les consultations. Il me traduisait vers la fin (car toute les consultations étaient en fon) puis on auscultait ou on palpait l’abdomen selon la cueillette de données. C’était les aides qui administrait les médicaments, la plupart du temps i.v. mais aussi i.m.. Nous n’avons que nos mains, nos yeux et notre savoir (pas de prise de sang, de rx, ni de médecin). J’aurais aimé être plus utile.( J’ai aidé financièrement une famille qui avait une fille de 20 ans très malade depuis 8 mois.)

  J’ai tellement aimé Honoré et Célestine des êtres hors du commun.

 

L'équipe.

 

Honoré, le major.

 

La salle d'accouchement.

 

Célestine avec bébé Samuel.

                                                                       LE 21 décembre 2010.

Bonjour,

Nous avons connu une coopérante qui travaille pour l’ASCCA dans le village de Aklampa. Sa mission s’occuper d’une cinquantaines d’ enfants orphelins.                                                                                  Fournissant des biens de première nécessité tel que la nourriture, les vêtements, les soins de santé et un logement adéquat ;                                                                                                                                            S’assurant que les orphelins et enfants vulnérables reçoivent une éducation en payant les frais scolaires, les uniformes et les repas à  l’école.                                                                                                        Subvenir aux besoins sociaux et émotionnels des enfants, grâce à des activités récréatives et à un soutien psychosocial ;                                                                                                                                                           Utilisant un système de suivi pour assurer un contrôle du soutien, des visites à domicile périodiques, une transparence et une distribution appropriée des ressources parmi les enfants selon le niveau de leursbesoins;                                                                                                                                          Il y a plus de 300 orphelins dans la région. Certains vivent avec leurs grands-parents, des membres de leur famille élargie ou encore dans des foyers sans adultes où ce sont des enfants plus vieux qui en sont responsables.                                                                                                                                          Elle a aussi coordonné  la  mission médicale du 4 au 19 novembre 2010. Lors de ses missions, un groupe de professionnels de la santé, logisticiens et étudiants en médecine composés d’africains et de canadiens vont traiter plus de 3 500 patients en 8 jours de cliniques, incluant des chirurgies, soins dentaires et ophtalmologie. 14 000 prescriptions sont remises en moyenne par mission.

 J’ai copié ses détails sur le site de  ASCCA  car j’ai une grande admiration envers cette coopérante et je voulais être précise. Nous avons été à Aklampa la visiter et les filles ont aidé à une distribution alimentaire ainsi qu’a une prise de mesure (poids et tailles des enfants) en vue de la mission médicale qui se préparait lors de notre séjour. C’est une ville sans électricité ni eau traitée.

Aklampa, une communauté enclavée de 22 000 habitants dans la région des Collines.

Nous voila à Aklampa.

 

 Le 20 décembre 2010. 

Bonjour,

La vie en classe et le projet (vacance épanouie) est bien résumé dans les trois pages en images qui ont été publié récemment. Cela a occupé 8 semaines de notre temps et nous avons dit oui a toute les opportunités qui s’offrait à nous. Les premières découvertes, que nous avons fait c’est  à Bohicon. Quand on allait chercher de l’argent (il n’y avait pas de banque à Glazoué), on pouvait se baigner à la piscine d’une hôtel donc au 2 semaines, on descendait à Bohicon pour chercher des sous et  se baigner (à 35 -40 c, c’est divin). On en a profité pour amener nos familles d’accueil à tour de rôle pour leur apprendre à nager. À la fin on donnait même des cours de natation a d’autre gens qui venait lors de notre présence. Comme je vous en ai parlé nous sommes allé à la fête du yiam pilé, une belle journée. Voici une photo de plus.

 

Moi qui pensait que c'était un Dieu de la fécondité, et non c'est un gardien du Palais Royal.

 

Après, les cours on allait voir nos frères d’accueils jouer au foot…

Partie de foot.

On allait à toutes les invitations, on a donc visité beaucoup de familles, toujours très agréable. Le soir on écoutait les soap sur la TV de notre famille d’accueil ou on jouait au domino africain ou on jouait à des jeux sur le balcon. Lampe de poche toujours prête, car il y a beaucoup de panne d’électricité.

Monique et Vickie qui joue au domino.

On danse, on chante, on rit beaucoup et on joue...

Prisca et Gisèle qui saute et on du f un...

Et bien entendu, quelques sorties au maquis (restaurant) et dans les buvettes (bar sans danse). Des journées bien rempli. À tout les dimanches, il y avait la messe…

Vickie, le pasteur, moi et papa Frédérique, devant l'église.

Le 15 décembre 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :